L'exode du Paranormal

Venez ici, découvrir le paranormal dans un état d'esprit zen et festif !!!
 
AccueilPortailFAQRechercherConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 Première condamnation pour esclavage moderne à Londres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
geranium
moderateur
moderateur
avatar

Nombre de messages : 7482
Age : 45
humeur :
Date d'inscription : 17/04/2008

MessageSujet: Première condamnation pour esclavage moderne à Londres   Ven 25 Mar - 20:10


(De Londres) Pendant plus de trois ans, Mwanahanisi Mruke a travaillé dix-huit heures par jour comme esclave domestique, sans repos ni salaire. Son ex-patronne a été condamnée cette semaine à lui verser 28 600 euros de dommages et intérêts. Elle échappe cependant à la prison ferme.
C'est une histoire presque trop banale pour faire la une des journaux. Mwanahanisi Mruke, 48 ans, n'a pas été battue ni abusée sexuellement. Mais depuis qu'elle a quitté sa Tanzanie natale, en 2006, elle a été soumise à une vraie torture psychologique, privée de liberté et contrainte à des travaux forcés. Son cas est emblématique des
nouvelles formes d'esclavage moderne.
Le cauchemar débute il y a cinq ans, lorsqu'elle perd son emploi de femme de ménage dans un hôpital de Dar-es-Salam. Sans ressources, elle finit par accepter l'offre de Saeeda Khan, propriétaire de l'établissement, qui lui propose de venir travailler chez elle à Londres, où elle vit depuis trente ans.

Elle lui promet chaque mois 11,50 euros pour six heures de travail par jour, ainsi que 57 euros versées sur un compte bancaire en Tanzanie, pour financer les études de sa fille. Le contrat n'a jamais été honoré.
Dès son arrivée à Harrow, banlieue résidentielle de l'ouest londonien, Mwanahanisi est soumise à un train d'enfer.
« J'étais traitée comme une esclave »


La journée débute à 6 heures du matin : ménage, cuisine, jardinage, disponibilité de tous les instants pour les deux enfants handicapés de la maîtresse des lieux. A minuit, la bonne à tout faire, nourrie de pain sec, est autorisée à déplier un matelas dans la cuisine pour dormir quelques heures, avant de recommencer le cycle infernal, sept jour sur sept.
Au bout de quelques mois, le « salaire » n'est plus versé. Son passeport lui est confisqué. Ses modestes biens sont cadenassés dans la cabane à outils, au fond du jardin. Ses contacts avec sa famille en Tanzanie sont étroitement surveillés. On lui refuse l'autorisation de rentrer à Dar-es-Salam pour enterrer ses parents, puis pour marier sa
fille.
L'isolement de Mwanahanisi Mruke est renforcé par son incapacité à communiquer autrement qu'en swahili, sa langue natale. Des mois plus tard, elle s'est confiée, lors du procès de sa tortionnaire.
« L'amour de ma famille me manquait. Je n'avais pas de temps pour moi. Je travaillais des heures impossibles – parfois sans dormir.
J'espérais recevoir un salaire pour améliorer mon quotidien. Mais mes espoirs ont rapidement été anéantis. Je me sentais stupide. J'étais traitée comme une esclave. »
Sauvée par un traducteur anglais-swahili


En février 2010, après quarante mois d'enfer, Mwanahanisi Mruke finit par être autorisée à voir un médecin pour de graves problèmes de varices. C'est le traducteur swahili-anglais, présent lors de la consultation, qui va sonner l'alarme. Il prend contact avec l'association de soutien aux travailleurs migrants domestiques Kalayaan, qui alerte la police.
L'enquête est confiée à la section « Exploitation humaine et crime organisé » de Scotland Yard. Elle débouche sur le premier procès devant un tribunal britannique pour esclavage domestique. Durant les audiences, l'accusée, Saeeda Khan, médecin à la retraite de 68 ans, continue à nier l'évidence en affirmant que la victime était heureuse de travailler pour elle.
Le 16 mars, Saeeda Khan a été reconnue coupable de trafic d'êtres humains. Son comportement a été qualifié par le juge d'« inhumain et cupide ». L'infraction est passible d'une peine maximale de dix ans de prison. Mais elle n'a écopé que de neuf mois, une peine que le juge a suspendue pendant deux ans, en invoquant l'âge et la santé fragile de l'accusée, ainsi que le fait qu'elle ait deux enfants handicapés à charge.
Saeeda Khan a donc quitté libre la salle d'audience. Sa seule punition est le versement de 28 600 euros de dommages et intérêts à Mwanahanisi Mruke, ainsi qu'une amende de 17 000 euros.

« 90 centimes de l'heure » de dommages et intérêts


L'association Kalayaan, qui a contribué à briser la loi du silence en assistant la victime, a salué une décision de justice historique, tout en déplorant que la peine ne soit pas à la hauteur de l'enjeu.
« Nous sommes déçus que la peine soit si faible. La travailleuse domestique a perdu quatre années de sa vie.
Nous sommes perplexes face à la logique qui a conduit à fixer le montant de la compensation. Rapporté aux nombres d'heures travaillées, cela revient à une rémunération de 90 centimes de l'heure »
Les organisations de défense des droits de l'homme espèrent que cette première condamnation pour esclavage moderne permettra à d'autres victimes d'avoir le courage de témoigner.
On estime à un millier le nombre de personnes réduites à un état de servitude en Grande-Bretagne, comme travailleur domestique, saisonnier dans l'agriculture ou ouvrier en usine. La grande majorité d'entre eux
sont des étrangers en situation irrégulière et la menace d'expulsion les dissuade bien souvent de porter plainte.
Les associations exigent des garanties sur la protection des victimes. Une pétition a été lancée pour réclamer la ratification par le gouvernement de David Cameron de la législation européenne contre le trafic d'êtres humains.
Photos : Saeeda Khan, Britannique condamnée pour esclavage moderne (Suzanne Plunkett/Reuters) ; affiche de la campagne britannique de l'organisation 38 Degrees contre l'esclavage moderne.

rue 89

_________________
Quelle que soit la chose que vous pouvez faire ou que vous rêver de faire, faites-la.
L'audace a du génie, de la puissance et de la magie."

W.H. Murray
Revenir en haut Aller en bas
adeq
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 2244
Age : 38
Localisation : nul part qui n\'existe pas déjà
humeur :
Date d'inscription : 17/04/2008

MessageSujet: Re: Première condamnation pour esclavage moderne à Londres   Sam 26 Mar - 2:27

Bon, j'ai décider de me prendre un esclave !
Même si tu passe au tribunal ça reste vachement rentable.

_________________



juger , c'est prendre le risque de se tromper .
comprendre c'est se donner la chance de savoir .
Revenir en haut Aller en bas
geranium
moderateur
moderateur
avatar

Nombre de messages : 7482
Age : 45
humeur :
Date d'inscription : 17/04/2008

MessageSujet: Re: Première condamnation pour esclavage moderne à Londres   Sam 26 Mar - 12:43

ahhh mr est interressé !!!

alors à raison de deux années de 365jours à 90cts
oki je sors


_________________
Quelle que soit la chose que vous pouvez faire ou que vous rêver de faire, faites-la.
L'audace a du génie, de la puissance et de la magie."

W.H. Murray
Revenir en haut Aller en bas
LoKy
moderateur
moderateur
avatar

Nombre de messages : 961
Age : 27
Localisation : Lyon (69) FRANCE
humeur :
Date d'inscription : 21/04/2008

MessageSujet: Re: Première condamnation pour esclavage moderne à Londres   Sam 26 Mar - 12:55

C'est vrai que c'est plutôt rentable comme business ! Ça vaut le coup de ne pas s'embêter.

Ps ; esclave muet aussi, comme ça il ne pourrait pas se plaindre, du moins on ne l'entendrait pas.
Revenir en haut Aller en bas
geranium
moderateur
moderateur
avatar

Nombre de messages : 7482
Age : 45
humeur :
Date d'inscription : 17/04/2008

MessageSujet: Re: Première condamnation pour esclavage moderne à Londres   Dim 27 Mar - 2:17

ça a un coté pratique !!!

ce qui me rassure c'est la compassion que peut avoir un médecin ...

_________________
Quelle que soit la chose que vous pouvez faire ou que vous rêver de faire, faites-la.
L'audace a du génie, de la puissance et de la magie."

W.H. Murray
Revenir en haut Aller en bas
adeq
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 2244
Age : 38
Localisation : nul part qui n\'existe pas déjà
humeur :
Date d'inscription : 17/04/2008

MessageSujet: Re: Première condamnation pour esclavage moderne à Londres   Dim 27 Mar - 2:30

On a eu le docteur Petiot, ce sont des êtres humains au même titre que Ted Bundy, le Dalaï Lama, Adolphe Hitler ou le Pape.

_________________



juger , c'est prendre le risque de se tromper .
comprendre c'est se donner la chance de savoir .
Revenir en haut Aller en bas
geranium
moderateur
moderateur
avatar

Nombre de messages : 7482
Age : 45
humeur :
Date d'inscription : 17/04/2008

MessageSujet: Re: Première condamnation pour esclavage moderne à Londres   Dim 27 Mar - 2:40

ouai mais là y a un ti problème d'éthique !!! léger léger

ça colle avec le serment des hypocrites poa d'Hippocrate !




_________________
Quelle que soit la chose que vous pouvez faire ou que vous rêver de faire, faites-la.
L'audace a du génie, de la puissance et de la magie."

W.H. Murray
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Première condamnation pour esclavage moderne à Londres   

Revenir en haut Aller en bas
 
Première condamnation pour esclavage moderne à Londres
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pas de condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ
» condamnation pour crime de guerre
» Choix d'orientation en première pour ma fille
» [article] Condamné pour avoir piraté le profil Facebook de son prof
» Une première photo... pour progresser

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'exode du Paranormal :: PARANORMAL :: GENERAL ET INCLASSABLE :: FAITS DIVERS - ACTUALITES-
Sauter vers: