L'exode du Paranormal

Venez ici, découvrir le paranormal dans un état d'esprit zen et festif !!!
 
AccueilPortailFAQRechercherConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 LE LANGUAGE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
geranium
moderateur
moderateur
avatar

Nombre de messages : 7482
Age : 45
humeur :
Date d'inscription : 17/04/2008

MessageSujet: LE LANGUAGE   Jeu 18 Sep - 22:22

Le langage humain ne se distingue evidemment du langage animal que parce qu'il est une forme d'expression non du sentiment, mais de la pensée Pradines

Le pragmatisme à écarté toutes les autres voies de compréhension Ln des nombreux langages ongtemps négligé par «lapensée rationnelle », ce ce que nous pourrions appeler le langage muet du vivant, autrement dit, l'expression des signes, des « conseils », des « avertissements », des « recommandations » fournis par la nature en silence pour nous inciter à agir d'une façon bien précise, doit être repensé aujourd'hui.

On nomme « signes naturels » les signes qui sont liés à la chose signifiée par une loi de la nature.

Un signe est un phénomène actuellement perçu qui évoque dans notre esprit l'idée d'un autre phénomène non perçu actuellement ou non perceptible par nature.

Ainsi, la fumée et le signe du feu en ce sens que, même si celui-ci est caché par un mur, en voyant la fumée s'élever au-dessus du mur, je pense au feu qui l'a produit.

La nature est un perpétuel créateur de signes, ou du moins, tout dans la nature, fait signe.
Seulement, le monde industrialisé, obnubilé par la rationalité, a perdu l'habitude de les interpréter.

Un problème se pose lorsque ces signes émis deviennent des symptômes et que l'homme reste sourd à ce langage engageant son bon sens.
Par exemple, depuis quelques décennies, certains dominants négligent les signes exprimés par la nature.

Ces signes, sont aujourd'hui devenus des symptômes, (changements climatiques, maladies dû à la pollution etc.).

L'appel, autrement-dit, le langage, est évident.
Il exorte les dominants à sortir de la compulsivité et de l'égoïsme, au profit de la conscience et du bien être universel.

Il engage les dominants à dévaluer leurs tendances à la compétition et à la soif de pouvoir, pour privilégier à la place le bien de l'humanité toute entière.

Seulement comme ce langage n'a aucun des « caractères » du langage pragmatique, ces décideurs contemplent la fumée en refusant de faire le rapprochement avec le feu.

Selon Merleau-Ponty, un signe n'est signe que par rapport à une conscience qui lui donne son sens.
Ce qui revient à dire que les signes existaient avant la conscience.
Ils attendaient simplement l'arrivée de l'homme pour sortir de leur silence.
Le sentiment de toute-puissance, conduisant l'homme à négliger la logique et les signes du vivant, n'est qu'une phase de l'évolution.

Cette période est à l'origine de la formidable expansion des progrès sociaux et scientifiques.
Elle a permis de dépasser l'embourgeoisement des religions et ainsi pouvoir les engager progressivement à se réformer (ce qu'elles commencent laborieusement à faire).

Seulement, cet excès pragmatique génère dans le même temps une quantité de problèmes ... au rang desquels, notre surdité au langage de la vie.

Il semble donc important de replacer l'individu au sein de son espèce (l'humanité), et cette espèce dans le grand concert du vivant dont nous devons réapprendre à lire les messages.

A partir de là, nous pourrons utiliser le concept stoïcien qui préconise de comprendre le réel plutôt que de le désirer à notre convenance, de découvrir le langage de la nature et y adapter nos actions.

Chacun dit du bien de son coeur, personne n'ose en dire de son esprit La Rochefoucauld

Ce n'est pas le mal qui progresse dans le monde mais notre sensibilité au mal.
La conscience humaine en se développant nous éloigne de plus en plus du primate naturel que nous étions.
En même temps, l'homme comprend de mieux en mieux les êtres et les choses, et s'avance toujours plus vers la profondeur de leur ÂME, vers le centre de leur COEUR.

La PHILOSOPHIE, la psychologie, la physique, la sociologie, l'éthologie, la biologie où l'écologie, voilà quelques disciplines découvertes par l'humain pour avancer toujours loin dans le coeur des choses.

Pouvoir se mettre à la place d'autrui, avoir de la peine pour la souffrance d'un homme, d'un animal, avoir du souci pour l'écosystème, « avoir du cœur », comme l'on dit, témoigne de notre sensibilité et de notre empathie grandissante.

Cette sensibilisation progressive de l'humanité, va de pair avec la régression progressive de l'égocentrisme, de la violence physique, de l'autoritarisme, du despotisme, de la peur d'autrui (même si actuellement, sous la loi du marché, toutes ces valeurs primaires sont ponctuellement en augmentation, mais il y a une explication à cela).

Le SYMPTOME est un langage à part entière.
Les formes de langages utilisées par le vivant sont diverses et variées.


Elles vont de la communication intercellulaire au langage humain, en passant par le subtil langage du symptôme.
Le symptôme est un langage non verbal aussi important que le langage verbal.
Il dialogue non seulement avec l'homme à travers son corps, mais également entre l'homme et sa société.
Dans une société, tout acte dont la présence semble anormale, peut-être considéré comme un symptôme et comme tel il engage à en rechercher la cause réelle.

Tout comme la présence d'une grosseur anormale sur un corps humain, recommande d'aller chez le médecin pour un diagnostic, les comportements anormaux d'une société nous recommandent de les soumettre à de véritables spécialistes pour en comprendre les conséquences.

Par exemple quand des enfants de 5 ou 6 ans deviennent des assassins, il me semble plutôt vital qu'une société s'interroge rapidement sur l'apparition de ce phénomène et surtout, sur ses responsabilités dans l'apparition de tels phénomènes.
Si une société devient de plus en plus violente et si elle répond a cette violence en multipliant les internements sans réfléchir aux causes profondes de cette violence, elle agit comme le psychiatre qui envoie en cure de désintoxication un alcoolique sans lui proposer de soigner ses problèmes psychologiques ou familiaux le conduisant irrésistiblement à trois.
Quand une société est en crise, elle engage à l'aide de symptômes bien précis, les hommes à réfléchir sur les causes profondes de cette crise.

Toute surdité, entraîne comme c'est le cas la plupart du temps avec les maladies, un développement plus intense de l'affection, de plus lourdes conséquences, et finalement la mort si la surdité persiste.
Il en va de même avec notre relation à l'écosystème.

Lorsque la nature subit une agression, elle envoie des signes avant-coureurs, des symptômes, qui vont en augmentant si la surdité persiste.

Si nous acceptons l'idée selon laquelle le monde est en évolution, nous devons en conclure que cette évolution, comme toute évolution, part d'un point X, et se dirige vers un point Y.





  • Cette évolution a donc un sens et obéit à des lois capables de maintenir ce sens constant.
  • Des lois, des logiques, gèrent donc l'évolution.
  • Ces lois, organisent en silence l'évolution du vivant sans que celui-ci en soit conscient.
  • La seule exception à cette évolution inconsciente, c'est l'homme.
  • En effet, grâce à l'évolution de son psychisme, l'homme a acquis les capacités de comprendre la logique de l'évolution, son sens et son but.
  • L'homme a donc les moyens de déchiffrer le langage du vivant et de se conformer à ses prescriptions, de façon consciente.

Se conformer aux messages de la nature, comme le préconisaient les épicuriens et les stoïciens, cela ne veut pas dire qu'il faille justifier l'idée selon laquelle l'homme doit être un loup pour l'homme, ni légitimer les tueries humaines sous le fallacieux prétexte de la sélection naturelle, il s'agit tout simplement de réapprendre à écouter le langage du symptôme, de l'adapter à la société et de comprendre qu'il est là pour nous engager à nous soigner.
Quand j'agis mal envers mon prochain, quand je transgresse les morales universelles humaines, la plupart du temps, cela me fait mal au coeur, mon esprit génère des remords, de la souffrance mentale, ou de la souffrance physique (la prison etc.)

Au contraire, lorsque j'agis bien envers mes semblables, je ressens une satisfaction psychologique et physique, j'ai du bonheur.

La quête de l'homme étant le bonheur, il est plus logique d'agir bien.

Voila un type de langage qu'offre le vivant et l'évolution, à l'homme

Tout acte, toute chose, tout ce qui enjoint d'agir dans un sens (l'attraction, les instincts, les intuitions etc.), tout ce qui montre un itinéraire (les symptômes, la logique, l'exemple, l'évolution etc.), peut être considéré comme un signe, un langage.

Il suffit de prêter attention ; les leçons viennent toujours quand vous êtes prêt, et si vous êtes attentif aux signes, vous apprendrez toujours tout ce qui est nécessaire pour l'étape suivante. Paulo Coelho Le Zahir

En étudiant les lois et la morale dont l'évolution nous a progressivement dotées, nous devrions pouvoir savoir où veut en venir la création, avec l'homme.
Il suffit d'observer la nature des lois et de l'éthique humaine pour savoir ce que veut de nous le DIVIN...

Si nous nous conformions exactement à la grande morale humaine, nous serions tout simplement des sages ou des saints.
C'est donc des sages et des saints qu'attend patiemment le principe créateur (et c'est d'ailleurs ce que nous élaborons progressivement et sans en avoir véritablement conscience).

Tout acte, toute chose semble porteur de signe, et tout signe semble avoir pour origine X (dieu).
La conscience que ces signes émanent de X (dieu) se révèle dans le sujet.

Comme seul l'homme semble avoir besoin de ces signes, nous pouvons dire que ces signes n'existent que dans la conscience de l'homme et pour l'homme.

Nous sommes passés d'une interprétation 100 % irrationnelle (dans les temps prè-scientifiques), à des explications 100 % rationnelles ( dans les temps actuels à prépondérance scientifique).
Le 100 % irrationnel est impossible à prouver et laisse libre cours à toutes les interprétations.
Mais le 100 % rationnel, matérialise l'immatériel et annihile la spiritualité et le sacré, ce qui nous conduit à une interprétation mathématique mais absurde de la vie.

Nous pouvons mesurer l'importance de l'intuition dans les découvertes humaines et le temps entre l'imagination d'une chose et le moment où la science peut l'entériner (l'atome, la genèse, ou l'idée créatrice des théories de Planck).

L'hypothèse d'un langage de signes peut être à nouveau émise et s'adjoindre la logique pour dépasser les interprétations typiquement irrationnelles et rationnelles.

_________________
Quelle que soit la chose que vous pouvez faire ou que vous rêver de faire, faites-la.
L'audace a du génie, de la puissance et de la magie."

W.H. Murray
Revenir en haut Aller en bas
geranium
moderateur
moderateur
avatar

Nombre de messages : 7482
Age : 45
humeur :
Date d'inscription : 17/04/2008

MessageSujet: Re: LE LANGUAGE   Jeu 18 Sep - 22:23

Le vivant a un sens, une direction, un but, et à travers tout cela, il donne à l'humanité sa route, son sens et son but, donc sa conduite idéale.

A nous de comprendre ce langage, sans y mêler notre affect, nos dogmes, et nos surdités.
Aujourd'hui, ce qui donne du sens à l'humanité ce n'est plus la personne mais un retour à l'idée plus globale d'humanité.

Si nous avons dû forcer sur la personne, sur l'individualisme pour booster les lois et commencer à libérer l'homme de ses appartenances étroites au clan ou à la communauté, ce n'est qu'une étape sur la route de « l'appartenance universelle ».

Il est donc nécessaire de chercher dans l'acte individuel ce qu'il signifie pour l'ensemble de l'espèce.

Une grande partie de nos activités (boire, manger, dormir, désirer etc.), obéit à des appels émis par notre structure même, par notre organisme et nos cellules.
D'une certaine manière, le « principe du vivant », à l'aide des instincts, conduit en silence, tous nos actes irréfléchis.
En faisant pression sur nous à l'aide de la souffrance, la vie nous oblige également à nous soigner, quand nous sommes victimes d'une affection.
Même les actes les plus courant, et à priori conscient, le vivant les guides en influençant notre métabolisme par la bonne ou mauvaise conscience.
Il guide également notre alimentation et notre façon de vivre en révélant tout excès par des symptômes, (si nous ne respectons pas nos doses de sommeil, d'activité, ou alimentaires, le principe vivant nous rappelle à l'ordre par quelques signes).

Le langage du symptôme n'est pas une injonction formelle comme l'est la loi, c'est plutôt un avertissement qui semblerait tenir compte de notre « libre arbitre ».

Nous pouvons donc interpréter les symptômes comme un langage muet de la vie.

Lorsque nous maltraitons notre corps, la vie nous avertit par des symptômes.



Libre à nous ensuite, d'ignorer ou d'écouter ces signes.
Seulement, notre liberté est toute relative, la vie a le dernier mot sur notre liberté, elle a tout pouvoir sur nous et nous aucun sur elle (sur la vie en tant que principe).

Si le vivant ne nous donnait aucun signe de la maladie, aucun signe pour nous engager à vivre de telle ou telle façon, l'homme, irrésistiblement attirés par les plaisirs, irait jusqu'à l'irréversible.

La vie agit donc envers nous en tant qu'amie. Elle favorise l'expérience (donc l'évolution) et ne punit que nos surdités excessives.


La faculté d'élaborer consciemment notre propre évolution, fait de nous une espèce tout à fait singulière.
Seulement, cette singularité,ne signifie pas que sommes l'espèce idéale de la création. Sur certaines grandes valeurs comme la fraternité, la capacité d'aimer, nous aurions certainement beaucoup à apprendre chez d'autres espèces.

Lorsque l'être humain ne tient pas compte du langage des symptômes, il y à de forte chance pour qu'il courre à sa perte.

Le langage du symptôme, agit également au niveau de l'humanité tout entière.
La surdité à cette échelle, peut conduire l'humanité à la même conclusion que les surdités individuelles.

Notre évolution technologique, nous ayant permis d'atteindre aujourd'hui la capacité de nous autodétruire, une nouvelle étape de conscience doit être franchie, pour compenser cette faculté nouvelle (qui est en même temps un puissant moteur d'universalisation).

A l'échelle individuelle, lorsque nous rencontrons un humain compulsif et autodestructeur, nous avons encore le droit de jouer les égoïstes, les indifférents et c'est ce que nous faisons la plupart du temps même si ce n'est pas très morale).

Par contre, si un individu autodestructeur met en danger ses enfants sans que nous intervenions, nous pouvons être sanctionnés par laloi pour non assistance de personnes en danger.

Donc, si la compulsivité du marché ne mettait en danger que lui-même, nous pourrions être indifférents à cela, mais s'il met en danger sa famille (l'humanité), et ses descendants (qui sont aussi les nôtres), nous sommes non seulement hors morale, mais également hors-la-loi, lorsque nous le laissons faire.

L'homme doit trouver son équilibre entre deux attitudes nécessaires :

a/ respecter l'ordre de la création (car il y a danger à déséquilibrer son harmonie, nous le constatons aujourd'hui),

b/ et intervenir, modeler, disséquer, transformer son monde, pour y épanouir sa destinée.
Le monde vivant est en interdépendance.
Le végétal, l'animal, et l'humain s'utilisent mutuellement pour se nourrir, s'enrichir, se développer, se transporter etc.

Même si certaines espèces apparaissent et disparaissent au gré de l'histoire, toutes ont été, sont, où seront, NÉCESSAIRES au développement de l'écosystème.

Toutes les formes vivantes a donc un but, une raison d'être.



http://mecaniqueuniverselle.net/langages/introduction.php




_________________
Quelle que soit la chose que vous pouvez faire ou que vous rêver de faire, faites-la.
L'audace a du génie, de la puissance et de la magie."

W.H. Murray
Revenir en haut Aller en bas
 
LE LANGUAGE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Language Creation Society
» Information Economy Meta Language
» Grammar of the Kurmanji or Kurdish Language
» A Linguistic Profile of the Persian Language and Dialects
» Culture and language

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'exode du Paranormal :: SPIRITUALITE :: CONCEPT-
Sauter vers: